Après le scandale, comment BP gère son e-reputation

BP se noie dans les polémiques occasionnées par les dégâts de la marée noire dans le golfe du Mexique. La critique sur internet ne fait que commencer ; les blogueurs et les graphistes s’en donnent à cœur joie. Ce n’est pas seulement une partie de l’océan et des plages qui sont noircis mais c’est aussi l’image de la compagnie.

Il était temps de redorer autant que possible un blason déjà bien terni : devant la marée d’informations qui font état du désastre et de la très mauvaise gestion de la catastrophe de la compagnie, British Petroleum décide de contrôler les informations et d’orienter positivement les esprits sur la marée noire en achetant des séries de mots-clés sur les plus grands moteurs de recherche.

« Nous avons acheté des termes de recherche sur des moteurs comme Google pour faciliter les recherches des gens qui veulent en savoir plus sur les efforts que nous entreprenons dans le golfe et pour les renvoyer plus facilement vers les liens qui ont trait aux dépôts de plainte, aux informations sur les plages souillées par le pétrole et aux appels aux volontaires ».

L’achat de mots-clés et la création de pages internet pour donner sa version de l’actualité et de la gestion de la crise peut s’avérer très efficace dans certains cas, dans le cas présent il est fort probable que cela soit plus onéreux qu’utile !

Sur ce blog nous parlons beaucoup de e-reputation, mais ici le bon terme ne serait-il pas simplement réputation. Le tragique évenement a largement dépassé le cadre d’internet. Les repercussions sur le cours de bourse en sont un bon exemple.

Pour finir, voilà un petit article « amusant ».

Comments
  1. Rich Moroni

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *