Réseaux sociaux : les ados partagent trop de données personnelles.

La CNIL a décidé en 2011 de s’occuper de la protection des données personnelles sur les réseaux sociaux auprès des adolescents. Les adolescent sont en effet des utilisateurs très intensifs des réseaux sociaux, ils y passent des heures chaque jours.

Cette jeune population des 15 ans et moins, néglige très souvent la question de la protection de la vie privée.  Actuellement, 91% des adolescents postent des photos d’eux, contre 79% en 2006, ce qui a fortement augmenté, tout comme le risque de poster de nombreuses informations les concernant.

Ils n’ont en effet jamais autant partagé de données les concernant sur les réseaux sociaux. Les chiffres devraient augmenter encore avec les années à venir.

 

L’étude de Pew démontre qu’en 2012, 91% des adolescents déclaraient poster des photos d’eux-mêmes. Ils sont également 71% à mentionner dans leur profil le nom de leur école et la ville où ils résidents. 53% et 20% de ces internautes indiquent leur adresse email et leur numéro de téléphone portable sans même prendre conscience des dangers que cela peut engendrer.

Les plus jeunes (12-13 ans) ne sont pas ceux qui partagent les données les plus personnelles à la vue de tous, mais il s’agit bien entendu des 14-17 ans qui eux partagent sans peur toutes les données que demande les réseaux sociaux, sans même prendre en compte les risques et dangers qu’ils encourent.

Exploitation par des tiers : un souci des parents, pas de leurs ados.

Existe t-il une compatibilité entre partage et protection des données ? 39% des 12-17 ans ont un profil public ou très peu privé et déclarent qu’ils ne maîtrisent pas vraiment les paramètres de confidentialité, ce qui serait donc la cause de leur profil public accessible à tous.

Les adolescents semblent parfois soucieux de protéger leurs données, sans doute par rapport aux autres utilisateurs. Ils sont en revanche moins préoccupés par l’accès à leurs données personnelles par des acteurs tiers, dont les annonceurs. (40% le sont).

81% des parents de ces adolescents considèrent l’accès par des tiers comme préoccupant (dont 46% très préoccupant). Entre parents et enfants, un très grand fossé existe sur ce sujet qui semple complexe pour les adolescents.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *