Données privées : les Britanniques mettent la pression sur Google.

Albion ne veut plus rire avec le fleuron du web américain qui n’est d’autre que Google. Vendredi, les autorités britanniques ont déterminé un seul et unique résultat : Google doit détruire sous les 35 jours qui suivent, des données privées collectées via son service de cartographie Street View, sous peine de poursuites judiciaires.

En Grande-Bretagne, Google a été sommé de détruire les données privées collectées via son service Street View

L’Information Commissioner’s Office (ICO), qui est un organisme public en charge de la protection des données personnelles au Royaume-Uni, a adressé au groupe l’injonction de détruire quatre disques durs.

Créé en 2007, Street View fournit des vues panoramiques en trois dimensions des rues, permettant aux usagers de s’y déplacer virtuellement, mais ce service a déclenché en 2009 et 2010 une série de polémiques dans plusieurs pays.

Google a reconnu en 2010 que les voitures sillonnant les rues, en plus de prendre des photos, collectaient par inadvertance des données personnelles transmises par wi-fi, comme des mots de passe et des courriels.

Des procédures ont été engagées dans plusieurs pays pour que le groupe détruise ces données. Mais en 2012 le géant de l’internet a indiqué avoir découvert l’existence de données qui n’avaient pas été détruites. L’ICO n’a infligé aucune amende à Google, mais l’a averti que s’il ne supprimait pas ces données dans les 35 jours, il risquait d’être poursuivi pour «outrage à la justice».

«Les débuts de Google Street View sont un exemple de ce qui peut mal tourner quand les groupes de technologie négligent le fait que leurs produits utilisent des informations personnelles», a déclaré Stephen Eckersley, un responsable de l’ICO.

Google a répondu qu’ils avaient l’ordre de poursuivre leur programme de destruction de ces données. «Nous travaillons dur pour le respect de la vie privée. Mais dans ce cas, nous ne l’avons pas fait, c’est pourquoi nous avons rapidement renforcé nos systèmes pour régler le problème», a ajouté le porte-parole.

Google street view en France

Cette affaire de collecte d’informations via Street view a récemment valu à Google des amendes en Allemagne et aux Etats-Unis. Dans ce dernier pays, la compagnie a accepté en mars de payer sept millions de dollars, dans le cadre d’un accord amiable avec 38 Etats américains.

Par ailleurs, la nouvelle politique de confidentialité de Google est dans la ligne de mire des 27 autorités européennes de protection des données. Elle a conduit l’autorité française (la Cnil) à mettre en demeure le groupe, lui donnant trois mois pour se mettre en conformité avec la loi française, sous peine de sanction financière.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *